AMICALE ROYALE

4TTr  CIS


Conseil d'Administration

Accueil

Statuts et ROI

Présentation

Membres

News

Liens

Activités

Inscription

Historique

Contacts

Multimédia  

La vie du 4

Une journée à Dinant
Grande Galerie. Longue de 150 m, ses murs de 2 m d'épaisseur sont percés de meurtrières servant aux défenses de la ville. Elle nous mène aux "Couloirs du temps" où 3 salles évoquent les grands faits de l'histoire de la ville et de la citadelle:
- le Sac de Dinant par Charles le Téméraire en 1466: après treize mois de siège, la ville fut pillée puis incendiée. Huit cents Dinantais, liés deux par deux, furent précipités du haut du pont dans le fleuve et noyés. Ce qui restait de la ville fut complètement rasé. Le château fort, l’enceinte, les églises, les maisons ne furent bientôt plus que poussière.
- les travaux de fortification de la ville par Vauban,  le génial architecte de Louis XIV sous l'occupation française entre 1675 et 1698.
- les combats à la baïonnette entre soldats français et allemands et le massacre de 674 civils en Août 1914: le 15 Août, un corps à corps sans merci s'engage entre un régiment d'infanterie français et des chasseurs saxons de la garde. Après 7 heures de combat, les soldats français, pensant trouver refuge dans la galerie s'aperçoivent que celle-ci est sans issue. 58 combattants français et 12 combattants allemands y perdront la vie. Le 23 Août, 674 hommes, femmes et enfants seront fusillés par l'ennemi.
Après la visite des cachots et de la salle de garde, nous nous retrouvons devant la salle de torture ou quelques instruments d'époque sont exposés, ainsi qu'une guillotine.
De retour dans la Cour Centrale, nous constatons qu'il fait toujours aussi mauvais. Tant pis pour la vue en principe imprenable qu'offre l'extrémité Ouest de la citadelle sur Dinant et ses environs. Le rocher Bayard et le viaduc Charlemagne se perdent un peu dans la brume et le crachin.
Retour à l'abri pour une évocation de la vie dans la citadelle hollandaise en 1820: nous passons successivement devant la forge, les cuisines et la boulangerie.
#Haut.
Suivent 3 dioramas retraçant  la remise d'une charte aux batteurs de cuivre de Dinant en 1255, le sac de Dinant par Charles le Téméraire en 1466,  et la Joyeuse Entrée du Prince-Evêque Ernest de Bavière en 1582 ; et un authentique carrosse de Mme de Maintenon.
     Nous passons ensuite au Musée d'Armes qui regroupe des sabres, baïonnettes, tromblons et fusils de tous les âges, du Moyen-âge jusqu'à la guerre 40-45,  pour terminer par la visite de la  reconstitution d'une tranchée de l'Yser de 1914 et de l'"Abri effondré".
     Cet abri, touché par une bombe s'est complètement déporté. Le fait qu'il n'y ait aucun repère vertical provoque une illusion d'optique qui entraîne un déséquilibre. Plusieurs ont été surpris, et les claustrophobes ont du mordre sur leur chique…
A noter la difficulté qu'ont certains à se tenir droit même avant l'apéritif!!!
Le jeune Joseph BROLET
Depuis le 11 octobre 2008, le parcours muséal de la citadelle de Dinant s'est enrichi d'une nouvelle salle entièrement dédiée à l'École royale des Sous-officiers n° 1 (1ERSO). Implantée dans la cité mosane de 1953 jusqu'au 18 septembre 2007,  l'école a marqué durablement la ville.
C'est ainsi que perdurent , sur un site au riche passé militaire, les moments forts d'une école qui a vu défiler en ses murs des générations d'élèves sous-officiers et de nombreux membres de notre Amicale.
    C'est donc par la visite de ce musée que se terminait la première partie de notre programme
Ne restait plus qu'à rejoindre 100 m plus bas, par le téléphérique ou via les 408 marches, le restaurant "La Citadelle" où nous attendait un excellent repas généreusement arrosé – mais sans exagération… L'occasion de se raconter les dernières nouvelles et de se remémorer les bons moments.
    La journée n'était cependant pas  terminée. A 14.30 Hr,  le bateau "Le Mouche" nous attendait au quai n°6 pour une croisière sur la Haute Meuse . Par un temps plus sec mais toujours couvert, nous appareillions vers Freyr via le rocher Bayard, les bâtiments de l'ancienne Ecole des Sous-Officier, l'écluse d'Anseremme (qui nous fait gagner une dénivellation de 2.40 m), le château de Freyr avec ses jardins français et les célèbres rochers de Freyr ou subitement apparaissait un coin de ciel bleu.
    Deux heures de croisières mises à profit pour continuer les discussions du dîner tout en testant un bar bien achalandé – toujours avec modération.
   Ce fut aussi l'occasion pour notre Président de remettre, avec le secrétaire de la FRNTTR & CIS la médaille d'argent de cette dernière à Jacques DESTRAY.  Toutes nos félicitations !!!
   A 17 Hr, nous étions de retour à Dinant. Un dernier "tour" en téléphérique (certains ont préféré les 408 marches) pour rejoindre le parking situé au sommet et c'était la fin de cette belle journée.
Enfin …, pas pour tous. Une bande d'irréductible investissait la cafétaria  panoramique pour y prendre l'avant-dernier verre …et plus…
   Un grand merci à Jean-Claude et à Albert pour l'organisation très réussie de cette très belle journée et à Jean-Marc Van Rossem, Président de l'Amicale de l'Ecole Royale des Sous-Officier (AERSO) pour son appui.




BIG DAN

Crédit Photos: JM PIERSON, D BROZE  
    Retour aux sources pour de nombreux membres de notre Amicale en ce 26 Septembre 2010.
Dinant, que Victor Hugo qualifia de "plus belle fille de Meuse" fut en effet aussi durant plus de cinquante ans le siège de l'Ecole Royale des Sous-officiers (ERSO).

     Au programme de la journée, une visite de la Citadelle et du musée de l'ERSO, et après le traditionnel repas,  une croisière sur la Meuse.
C'est malheureusement sous un crachin typiquement belge que à 09.30 Hr, une petite centaine de membres (moins les retardataires habituels) se rassemblaient pour se lancer à l'assaut de la citadelle. Après un café bien mérité vu les conditions atmosphériques, qui n'entachaient cependant pas la joie des retrouvailles, la visite pouvait commencer sous la conduite du guide local.
      Bien que la construction de la citadelle sous sa forme actuelle ne date que de 1818 à 1821,  le  site perché à 100 m au-dessus de la ville a été occupé par un château fort dès 1040. Dinant, passage obligé dans la vallée mosane, ayant  toujours constitué  la route naturelle des invasions, cette fortification fut détruite ou subit des dommages à différentes reprises, en parallèle avec l'histoire mouvementée et souvent tragique de la ville.

       La visite vous permet de plonger dans ce passé historique.

       Après le passage par la Cour Centrale dont les canons datent de 1820, nous nous retrouvons dans la
Activités.

VERS GALERIE PHOTOS

Photos Activité 2010.